Chronique : La première fois qu’on m’a embrassé je suis morte de Colleen Oakley

Capture d’écran 2018-02-18 à 14.54.59.png

«  Maman avait chassé mes inquiétudes d’un geste de la main : 
– L’amour, c’est avant tout une question de timing, avait-elle déclaré.
(..)
Mais en quittant la maison de Jubilee, je me rends compte qu’elle aurait dû dire :  » Les relations amoureuses, c’est avant tout une question de timing. » Parce que l’amour..Il fait son apparition au moment ou on l’attends le moins, sans qu’on l’ait cherché, au beau milieu de la bibliothèque!que d’une petite ville, avec une femme en chemise de nuit et aux cheveux de sauvageonne. Le timing, l’amour n’en a rien à cirer« 

Bonjour/ou bonsoir à tous !

Je reviens cette fois ci avec mon premier coup de coeur de 2018  qui n’est autre que  » La première fois qu’on m’a embrassé je suis morte« , qui , notez le bien, paraîtra le 17 janvier chez les éditions Milady.Et c’est dans des moments comme celui ci ou je suis bien contente d’avoir un blog pour pouvoir vous parler pleinement d’un roman qui m’a conquise, et qui j’espère, vous donnera envie de le découvrir! Prêt(e) pour la petite chronique du week-end? C’est parti !

at-the-bookshop.gif

Capture d’écran 2018-02-18 à 14.56.08.png

Capture d_écran 2017-04-01 à 11.41.53

¶ Collection : Milady @editionsmilady
¶ Année de sortie :  17 janvier 2018
¶ Genre: drame, vie, romance, contemporain.
¶Prix : 18.20euros
¶ Points de ventes: Tous les points de vente
¶ Nombre de tomes: One shot.

 

Capture d_écran 2017-04-01 à 11.36.36

Nous avons tous été confrontés à cette fameuse question, présent dans tous les formulaires de santé qui est la suivante :  » Etes vous allergique? ». Bien, maintenant imaginez vous prendre cette même feuille et lire ces notes : « oui, au contact humain. Un seul touché et je risque de frôler la mort. »

Cette vie, c’est celle de Jubilee.

Lorsque l’on grandit, on apprends à vivre avec les autres. Pourtant un simple baiser aura suffit à bouleverser celle de notre héroïne , mais pas dans le bon sens. Et lorsque la mort vous frôle et vous ouvre les bras, il est parfois préférable de l’éviter et donc de s’enfermer chez soi pendant 9 longues années. Jusqu’au jour ou la mère de Jubilee meurt, et que cette dernière se retrouve coincée, sans revenue et qu’elle devra à nouveau affronter le monde.

Nous suivons en parallèle les aventures d’Eric, un homme divorcé qui va avoir la garde du fils d’un couple d’ami décédé.
Ces deux personnages n’ont aucun point commun hormis leurs histoire qui se montre tragique à sa manière. Mais quel est le destin qui les uni?

Capture d_écran 2017-04-01 à 11.46.16

 » Tous les fans de Jojo Moyes vont adorer cette lecture »
Moi : – Ah , Vraiment?

J’ai commencé cette lecture comme un défi, puis très vite la curiosité a pris le dessus à commencer par le titre du roman qui est très original.   » Comment ça un baiser peut tuer? Une maladie?? » , des hypothèses commençaient à germer dans ma petite tête et j’avais un besoin de savoir ou l’auteur allait emmener son lecteur et comment. Puis très vite, je me suis retrouvé plonger au coeur de l’histoire. Nous suivons deux personnages, Eric, un homme divorcé qui se trouve très vite dépassé par son entourage. Les choses n’avancent pas comme il le voudrait, la situation se montre parfois très difficile , mais j’ai aimé le côté attachant du protagoniste et la façon dont il luttait contre ce destin ironique.

En parallèle, c’est un tout autre combat que mène Jubilee. Pour tout vous dire, elle m’intriguait et je me suis même demandé à plusieurs reprises comment elle allait s’en sortir pour lutter contre ses peurs, et vivre une vie  » normal » après 9 ans de solitude. C’est alors avec une grande curiosité que j’ai suivi les aventures de cette jeune femme. La plume de l’auteur est fluide, le roman se lit vraiment très vite ( je l’ai fini en deux jours).

Et j’en ai eu des palpitations tout le long.

J’ai aimé le contexte. La façon dont les événements se sont succédés, comment les deux destins tragiques sont venus à se rencontrer. Les touches d’humour, de maladresse, les leçons de vies qui germent et qui nous rappel que les faits  » insignifiants  » sont plus précieux qu’on ne le pense. J’ai aimé me retrouver dans la « retenu », le fait d’avoir angoissé, sourit, prié silencieusement pour les personnages, d’avoir pu assister à des scènes qui m’ont touchés. Et surtout, j’ai aimé avoir de l’espoir.

Vous aurez compris, cette lecture ne m’a absolument pas laissé indifférente. Et je ne peux que le recommandé à tous et à toute. Par ailleurs, je tenais à remercier les éditions Milady qui m’ont fait confiance avec l’envoi de ce roman, et sans eux j’aurai pu passer à coter de cette merveille qui doit vraiment être lu.

Alors, vraiment, n’hésitez pas. Si vous avez la possibilité de le lire, foncez.
Et un dernier remerciement pour tous les participants au concours pour  votre curiosité  envers ce roman qui est une pépite.

Capture d_écran 2018-01-01 à 17.57.23

Publicités

Une réflexion sur “Chronique : La première fois qu’on m’a embrassé je suis morte de Colleen Oakley

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s